Saltar al contenido

«Les élections présidentielles de France d’avril 2022 truquées électroniquement par McKinsey que la Turquie utilisait il y a trois ans. Aux élections législatives, ils interdiront le vote par correspondance qu’ils ont manipulé aux élections présidentielles. Le SGDNS et l’OSIIC partenaires dans le crime «.

25 de abril de 2022

«Résultat présidentielle 2022 : Macron réélu, mais préoccupé par les élections législatives«.

Jean-Jacques Leandri: «Cet exemple est intéressant car la contestation du Safe Harbor reposait notamment sur le fait que la NSA, agence de sécurité nationale des USA, avait un accès libre aux informations nominatives appartenant à des citoyens européens.
Dans le dossier McKinsey et consorts, il ne s’agit pas d’assurer la sécurité d’information personnelles mais celle de données de souveraineté. Elles doivent être rigoureusement protégées de toute intrusion extérieure, or une brèche a été ouverte grâce à laquelle des consultants extérieurs ont pu prendre connaissance de certaines d’entre elles.

Le SGDNS, par le biais des organismes qui lui sont rattachés, l’ANSSI et l’OSIIC, accomplit un travail remarquable en matière de cyber-défense et de cyber-sécurité, afin de protéger les intérêts vitaux de la Nation. Peut-on alors courir le risque que des employés d’entreprises étrangères accèdent à des informations classées secrètes ?».

«Ruling party official says McKinsey designed Turkey’s presidential system – Milli Gazete». Un responsable du parti au pouvoir déclare que McKinsey a conçu le système présidentiel turc.

«McKinsey designed every stage of Turkey’s presidential system and the AKP officials were excluded from the process, Milli Gazete said, citing the same source. As a result, all administrative structure of the Turkish state, including all institutions and commissions, was entrusted to a U.S. firm, the source said.
According to the source, Erdoğan approves plans to revise the system, which aims to expand the Turkish parliament’s oversight powers, but the work is being carried out in the Presidential Palace rather than by party commissions. The source said handing over the revision to McKinsey had a huge cost which would become known by the public in a short time».

Selon la source, Erdoğan approuve les plans de révision du système, qui visent à étendre les pouvoirs de contrôle du parlement turc, mais les travaux sont menés au palais présidentiel plutôt que par les commissions du parti. La source a déclaré que la remise de la révision à McKinsey avait un coût énorme qui serait connu du public en peu de temps.

«McKinsey émerge de sous chaque pierre.
La direction des discussions sur le système, qui a pris de l’ampleur après les élections, va changer. Il s’est avéré que l’architecte du système présidentiel était la société américaine McKinsey».

» L’Opérateur des Systèmes d’Information Interministériels Classifiés (OSIIC) a été créé par décret le 1er juillet 2020 «. Assurer sans aucun doute les résultats des élections présidentielles et législatives.

«Ainsi, à titre d’illustration, l’OSIIC conçoit et administre le réseau interministériel classifié ISIS, permettant le partage de documents et de messages entre près de 5000 abonnés, et les systèmes de téléphonie et de visioconférence OSIRIS et HORUS, au profit de plus de 700 abonnés. Ces systèmes sont déployées sur l’ensemble du territoire national, et à l’échelle globale dans les emprises diplomatiques françaises.

Dans son rôle de DSI, l’OSIIC fournit au SGDSN son socle numérique, Intranet et Extranet, et un ensemble d’outils « métiers », mais également le téléphone sécurisé Secdroid. Celui-ci est également mis à disposition d’autres ministères, dont celui de l’intérieur, où Secdroid constitue le socle du système Néo utilisé par plus de 100 000 militaires et fonctionnaires de la gendarmerie nationale et de la police».

«Est-il possible de truquer les élections présidentielles ?:

La chambre noire de l’informatique centrale
Est-ce à dire que tout est parfaitement clair dans notre processus électoral ? Si l’on peut dire qu’il n’existe pas de fraude massive et qu’en aucun cas Emmanuel Macron ne sera affiché favori au premier tour avec 28% des voix, alors qu’il n’en aurait recueilli que 5 ou 6%, il existe des étapes faibles dans notre processus électoral, qu’il ne sert à rien de nier.

Cette étape tient surtout aux phases informatiques, et naît de problèmes techniques difficilement soupçonnés par le grand public.

Pour l’illustrer, il ne me paraît pas inutile de publier ici une circulaire du ministère de l’Intérieur de 1998 sur l’informatisation des résultats électoraux (en l’espèce, ceux des européennes)» :

«Je sais que cette question est uritcante et épidermique pour beaucoup. Je note, en lisant le Monde, que seules 63 communes sur plus de 36.000 utilisent des machines à voter, soit 1,3 million d’électeurs.

En outre, le vote par correspondance n’est toujours pas autorisé en France, alors que c’est cette technique qui a surtout permis à Donald Trump de dénoncer des fraudes électorales.

Dans tous les cas, si les résultats électoraux dans les communes utilisant le vote électronique divergeaient massivement du reste du pays, on peut imaginer que les candidats lésés auraient les moyens de contester l’élection».

LES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER PRIVÉS DE VOTE ÉLECTRONIQUE POUR LES LÉGISLATIVES: «LA FRAUDE EST TROP FACILE».

From → Uncategorized

Los comentarios están cerrados.

A %d blogueros les gusta esto: