Saltar al contenido

«McKinsey Global, un bras financier idéologique de la NSA utilisé par Emmanuel Macron et Pedro Sánchez pour faire chantage de leur vie privée et des contrats publics avec des entreprises privées».

1 de abril de 2022

L’espionnage est l’activité de la NSA National Service Agency. Mais à quoi bon accumuler autant d’informations sur tout et sur tout le monde sans les commercialiser ?.

Quelque chose de similaire a été fait par la CIA avec Facebook (META), car la CIA était le plus grand actionnaire institutionnel de Facebook. Depuis des décennies, on nous dit que ce sont les principaux hedge funds qui contrôlent l’Occident qui en sont les principaux actionnaires : MARINER LLC, BLACK ROCK, FIDELITY MANAGEMENT, THE VANGUARD GROUP, GOLDMAN SACH.

Maintenant, un transfert similaire de métadonnées de la NSA se produit vers l’ordinateur quantique de BLACK ROCK et le reste des Fonds de Risque qui possèdent des banques, des gouvernements et des agences de renseignement. Et son bras politique financier qui absorbe d’énormes quantités du budget de ministères tels que les Affaires étrangères et la Défense, est McKinsey Global.

McKinsey Global, c’est Black Rock qui décide des politiques et gère les secrets personnels de l’homosexualité, du transsexualisme, de la pédophilie et de magnifiques vols comme celui qui s’est produit pendant son service à la banque Rothschild. Dans le cas de Macron, ce type d’entreprise trafique et chante à la vie privée et à la sécurité, puisque ce sont elles seules qui ont accès aux métadonnées privées dans lesquelles les scandaleux cherchent, et c’était le cas Benalla obtenu grâce à des informateurs anonymes (en réalité ces mêmes entreprises), une mafia qui leur dit, on ne sortira pas vos conneries mais en retour faites ce qu’on vous dit au bout du compte vous ne paierez pas ce sera de l’argent public par le biais de contrats publics et on blanchira votre nom et vos conneries. Tous ces magazines diffusés comme Le Canard Enchainé, ou Charlie Hebdo sont tour à tour financés ou détenus par des sociétés dépendantes de McKinsey Global et Edmond de Rothschild. Quand on pense qu’il y a une opinion publique critique des médias privés, en réalité il n’y en a pas, ce sont des médias du Risk Fund finançant une apparente critique d’une dissidence contrôlée et servant leurs intérêts ; dans ces cas, ils vilipendent pour faire chanter, et au moment où les candidats acceptent leurs revendications, toute critique s’arrête, ou tout au plus quelque note d’humour satirique à dissimuler. Pour qu’on comprenne comment ça marche : un super fonds de risque mondial met quelqu’un à la présidence (généralement un homosexuel avec un transsexuel à la cupidité démontrée et à l’ambition démesurée), puis un autre fond de risque demande à participer à la répartition des bénéfices de l’État et pour eux ils obtenir des versions humoristiques ou des confidences à ses journalistes pour faire pression sur la distribution ou renverser le laquais pusillanime.

Macron et Sánchez sont en quelque sorte détenus dans leurs secrets en échange de la remise de l’État français et de l’État espagnol à Black Rock, Vanguard et Goldman Sach en échange de la dissimulation de leurs crimes, qui vont des vols aux secrets de la falsification de documents de l’identité des deux époux transsexuels à partir de leurs crimes de vol à l’État par le biais d’opérations d’infiltration. Dans le cas de Macron il y a plusieurs cas de «vols présumés» avec des faveurs de l’État en échange de commissions millionnaires avec une liste de vols à l’État comme celui de la compagnie maritime MSC, PenelopeGate, pour avoir servi de médiateur à une opération de 10 000 millions de dollars pour Rothschild, et bien d’autres pour partir, car on assiste à la présidence partagée des principaux pays européens entre les Risk Funds, Israël, l´Angleterre, les Etats-Unis et les multinationales.

From → Uncategorized

Los comentarios están cerrados.

A %d blogueros les gusta esto: